Blog > EMPLOI

Le marché de l’emploi ralentit en Saskatchewan

Pour la premère fois depuis 2000, le taux d'emploi en Saskatchewan a baissé en 2017 pour une deuxième année consécutive. C'est ce que révèle un aperçu du marché du travail de la province pour 2017, publié par le site d’analyse Sask. Trend Monitor.

Les baisses sont minimes, mais un ralentissement de deux ans, c'est rare, explique Doug Elliot, le statisticien responsable du rapport. Le taux d'emploi a baissé de 0,2 % en 2017. Il s'agit de la deuxième plus mauvaise performance parmi les provinces canadiennes.

Le nombre de chômeurs et le taux de chômage sont, en réalité, restés inchangés, mais Sask. Trend Monotor ajoute que le nombre de personnes quittant la population active a augmenté.

Ce n'est pas aussi grave que cela en a l'air […]. Mais, si nous traversons une autre année comme celle-ci, alors il y aura beaucoup plus de raisons de s'inquiéter. On constaterait une tendance.

Doug Elliot, statisticien à Sask. Trend Monitor

La migration de la Saskatchewan vers d'autres provinces est en hausse, mais on ne peut pas relier ces mouvements de population au marché du travail. « La plupart des observateurs estiment que c'est un facteur qui influence la migration de façon importante », indique Doug Elliot.

« Ils prendront n'importe quel poste »

En 20 ans de métier, Linda Mainland, qui travaille dans l’agence de travail intérimaire Quest Staffing Services, affirme que le marché de l’emploi est à son plus bas.

« Le marché du travail est actuellement très, très lent, il n'y a pas beaucoup de construction et, d'après ce que j'ai entendu dire, il ne va pas y avoir grand-chose bientôt », dit-elle.

L’agence fournit de la main-d’œuvre, des ouvriers pour la construction et du personnel de bureau. Le recrutement dans ces secteurs a ralenti, et les demandeurs d'emploi à Saskatoon sont de plus en plus désespérés, ajoute-t-elle.

Ils prendront n'importe quel poste. Je reçois des CV de gens qui sont ingénieurs et qui ne trouvent pas de travail. Ils cherchent tout ce que nous pouvons leur fournir, c'est assez effrayant.

Linda Mainland, Quest Staffing Services

Linda Mainland pense que le ralentissement de l'embauche pourrait être lié au ralentissement des activités dans les industries du pétrole et de la potasse. Les licenciements deviennent également monnaie courante dans d'autres secteurs, dit-elle.

Certains demandeurs d'emploi se dirigent vers l'Ouest et trouvent un emploi, mais d'autres ont fait demi-tour. « J'ai entendu qu'il y avait beaucoup de retours, en raison du coût de la vie », déclare Linda Mainland.

La durée du chômage augmente

Pour 2018, Doug Elliott s'attend à « une croissance modeste, une faible reprise, mais rien de spectaculaire ».

Plus de personnes étaient au chômage en 2017 par rapport à l'année précédente, et elles restent au chômage plus longtemps. Au dernier recensement, la durée moyenne du chômage est passée à 19 semaines. Dans un marché du travail normal, la durée moyenne entre deux emplois est de 14 semaines.

Certaines régions sont florissantes par rapport à l'ensemble de la province. L'emploi est, par exemple, en hausse à Regina.

Certains secteurs, comme le secteur manufacturier et les services professionnels, échappent également à la dépression. Cependant, les secteurs de la construction et de l'agriculture, qui sont de grands employeurs en Saskatchewan, offrent moins de travail.

 Source: Radio Canada