Blog

Le bilinguisme apporte une valeur ajoutée à l'économie de l'Ontario

Une étude réalisée par le Conference Board du Canada pour le compte de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO) montre que le bilinguisme anglais-français est un atout en matière d'échanges commerciaux internationaux et est sous-utilisé en Ontario.

Devant ce constat, l'AFO profite de la campagne électorale en cours et demande au prochain gouvernement provincial d'en faire plus pour accroître les échanges commerciaux avec les pays francophones.

Des échanges surtout avec les États-Unis

L'étude du Conference Board montre que la grande majorité des échanges commerciaux en Ontario se font avec les États-Unis.

Le rapport indique que 82,8 % des échanges commerciaux de la province se font avec nos voisins du sud et que les échanges avec des pays francophones, bien qu'ils soient plus nombreux que dans les autres provinces où le français est moins présent, sont marginaux en Ontario.

Le président de l'AFO, Carol Jolin, croit qu'il faut diversifier davantage l'économie de la province et que la communauté francophone peut aider à atteindre cet objectif.

Le problème, c'est que quand les États-Unis toussent, le Canada attrape la grippe. Il faut être capable de diversifier notre économie.

Carol Jolin, président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario

Les auteurs de l'étude estiment que la présence significative du français en Ontario a un impact sur les échanges commerciaux avec les pays francophones.

Les quotients de localisation montrent que la francophonie en Ontario encourage les échanges avec les pays francophones. En utilisant les quotients de localisation des autres provinces, nous estimons que les exportations ontariennes vers les pays francophones auraient été inférieures de 58 M $ et les importations, de 1,4 G $.

Extrait du rapport L’Ontario, le commerce et les avantages du bilinguisme anglais-français. Le Conference Board du Canada – 2018 p.7

Accroître la participation de l'Ontario à l'OIF

Les auteurs du rapport affirment que l'Ontario pourrait bénéficier économiquement de sa participation à l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Cette participation est toutefois récente. L'Ontario n'en est pas membre et n'a qu'un statut d'observateur depuis 2016 seulement.

« L’Ontario étant membre de l’OIF depuis peu, les retombées sur le commerce ne sont pas encore visibles. La participation de l’Ontario à l’OIF pourrait cependant créer de nouvelles occasions d’échanges pour la province », peut-on lire dans le rapport du Conference Board.

« Si on regarde, par exemple, le marché européen et le marché africain, il y a énormément de potentiel qui est là et il faut s'en servir pour être capable de rejoindre ces gens-là et aller leur montrer ce qu'on peut faire pour eux sur le plan des affaires », indique Carol Jolin.

La Société économique de l'Ontario demande plus d'aide du gouvernement provincial pour développer les petites et moyennes entreprises (PME).

« On aimerait que le gouvernement consulte le document et qu'on puisse s'asseoir avec eux pour développer des outils supplémentaires afin de supporter les PME », affirme son président, Denis Laframboise.

« Souvent, les gouvernements nous disent que ce qui est important, c'est le développement économique, mais si c'est important, on doit avoir des outils pour développer nos entrepreneurs qui veulent faire des affaires au niveau national ou international », ajoute-t-il.

 

Sources : ici.radio-canada.ca