Blog

La nouvelle ministre des Affaires francophones

CHRONIQUE / Le nouveau premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, nommera les membres de son cabinet le 29 juin prochain. Et pour la communauté franco-ontarienne, la question qui tue est celle-ci : qui sera nommé ministre des Affaires francophones ?

En fait, il y a une sous-question : est-ce que l’autonomie de ce ministère sera conservée ? Oui, sûrement. Imaginez le message que Doug Ford enverrait aux Franco-Ontariens s’il leur retirait un acquis dès son entrée en fonction. Ce serait suffisant pour sortir Gisèle Lalonde des boules à mites. (C’est une blague, ma tante).

Je reviens donc à la question : qui sera nommé ministre des Affaires francophones de l’Ontario ?

Je vais vous le dire. Parce que je sais de sources sûres que la prochaine ministre des Affaires francophones sera — roulement de tambour s’il vous plaît — la députée de York-Simcoe, Caroline Mulroney.

Vous l’aurez lu ici.

Ce sera un excellent choix. Elle est bilingue. Je crois même qu’elle est trilingue. Et elle connaît très bien la réalité des francophones de l’Ontario.

Souvenez-vous qu’en février dernier, alors qu’elle était candidate à la chefferie du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario, Caroline Mulroney a demandé la tenue d’un débat en français. Du jamais vu dans la longue histoire de ce parti politique. « On ne peut pas rejoindre tout le monde dans notre province riche et diverse en ne débattant qu’en anglais », avait-elle écrit sur Twitter. « Amenez un débat en français ! », avait-elle ajouté d’un point d’exclamation.

Je crois que Mme Mulroney sera une amie et une alliée des francophones de l’Ontario. Comme son père, l’ancien premier ministre du Canada, Brian Mulroney, est un ami et un allié des francophones de l’Ontario.

Je vous ramène en avril 1997. La lutte du mouvement S.0.S. Montfort battait son plein. Et les « troupes » étaient galvanisées par le Grand ralliement S.O.S. Montfort tenu trois semaines plus tôt à Ottawa et où 10 000 francophones s’étaient rassemblés pour crier haut et fort : « Montfort fermé, jamais ! ».

Le 14 avril 1997, Brian Mulroney accordait une entrevue exclusive à un certain Denis Gratton du quotidien Le Droit. Ce jour-là, M. Mulroney venait de prononcer un discours à titre de conférencier invité au Canadian Club de Toronto, et il assistait en soirée à un dîner offert en son honneur par le PC de l’Ontario. Voici ce qu’il m’avait dit :

« J’ai rencontré plusieurs ministres ontariens ce midi et je leur ai demandé de trouver des moyens de régler cette question (la fermeture annoncée de l’Hôpital Montfort) de façon équitable. L’Hôpital Montfort doit être maintenu et je répéterai ce message au premier ministre (Mike) Harris et au ministre de la Santé (Jim Wilson) ce soir. »

Fallait le faire ! Brain Mulroney s’était rendu à Toronto, dans la cour de Mike Harris, pour lui dire dans le blanc des yeux qu’il se tirait dans le pied en voulant fermer Montfort.

Il en fallait, du culot. Et M. Mulroney avait certes le courage de ses convictions, c’est le moins qu’on puisse dire.

Un peu plus loin dans cette même entrevue, l’ancien premier ministre ajoutait : « L’Hôpital Montfort est une institution vitale qui doit être maintenue et qui doit s’épanouir ».

Il avait tout compris, quoi. Comme sa fille Caroline semble avoir tout compris. La pomme ne tombe pas loin de l’arbre, dit-on…

Les Franco-Ontariens auront une amie à Queen’s Park. Si mes sources disent vrai…

Précision
Dans la grande entrevue du samedi 8 juin intitulée « À un cheveu de la mort », j’ai écrit que les boissons énergisantes à haute teneur en alcool, telle la boisson FCKD UP, sont aussi caféinées. Santé Canada a tenu à apporter la précision suivante : « Les produits dont vous parlez dans votre article ne sont pas considérés comme des boissons énergisantes contenant de la caféine (qui ne contient pas d’alcool). Cet article stipule que FCKD UP est riche en caféine, alors qu’il y a moins de 1 mg de caféine dans une cannette de 568 ml de FCKD UP. En comparaison, la quantité de caféine dans une tasse de café de 237 ml (8 oz) varie d’environ 70 à 180 mg. Nous les appelons plutôt des boissons sucrées à haute teneur en alcool ».

S.O.S. Vanier
Le mouvement populaire S.O.S. Vanier, qui lutte contre la construction d’un mégarefuge de l’Armée du Salut en plein cœur du quartier Vanier, fêtera son premier anniversaire le 24 juin. Pour souligner l’occasion, une marche de protestation se tiendra dimanche, à 16 h. Le départ se fera au 333, chemin de Montréal (Motel Concorde, là où l’Armée du Salut veut ériger son refuge de 350 lits).

Les marcheurs se dirigeront vers le parc Riverain, un kilomètre plus loin, où un BBQ et des rafraîchissements seront offerts.

 

Sources : Le  Droit