Blog > immigration

L’immigration francophone a une valeur à Toronto

«Il faut éviter les vautours qui rôdent autour des nouveaux arrivants» et s’organiser pour mieux les accueillir au sein de la francophonie torontoise, a imagé Judith Charest, la directrice du Collège La Cité à Toronto, lors du premier forumCarrefour CHOQ organisé par la radio communautaire sur le thème de «la valeur socio-économique de l’immigration francophone».

Cette première discussion d’une série de trois organisée ce mois-ci par la radio communautaire, qui était diffusée en direct, a attiré un public clairsemé à l’Hôtel de Ville le 1er mars.

Autour de la table, on a retrouvé Faouzi Metouilli et Habib Zakaria, de l’Association des Marocains qui parrainait l’événement, Simon Landry (prof à York University), Julien Gérémie (Conseil de la coopération), Noelle Leconte Good (ACCES Employment), l’entrepreneure Assiatou Diallo, l’enseignante Mariette Delevallée, le parajuriste Cédric Engone et Judith Charest. Léonie Tchatat, directrice de la Passerelle I-D-É, qui oeuvre à l’intégration des immigrants à la francophonie torontoise, était la conférencière principale.

Cette dernière a notamment insisté: «Il ne faut plus parler de politiques d’intégration», qui exige surtout un effort de la part de l’immigrant, «mais bien d’inclusion», qui implique aussi la société d’accueil.

Faire du français une force

Les immigrants francophones à Toronto font face à de nombreux défis, notamment celui du logement ou de la langue. Plusieurs des intervenants ont relevé des difficultés qu’ils avaient eues à leurs arrivées, et expliqué comment ils les ont surmontés. 

«L’identité francophone représente une force», selon Mariette Delavallée. Pour Julien Gérémie, il est même important de faire de notre diversité «un angle d’attaque».

Derrière cette conversation, il y a un contexte: l’Ontario est une des économies les plus importantes, mais il existe des problèmes sociaux. «La population est de plus en plus vieillissante et la natalité est faible», indique Zaahirah Atchia, la directrice générale de CHOQ-FM. Et pour Habib Zakaria, «il y a un réel problème conjoncturel qui n’aide pas le nouvel arrivant à atteindre son vrai potentiel».

Le premier d’une série

Avec Carrefour CHOQ, la radio a une nouvelle fois pour ambition de porter fièrement son rôle de «porte-voix de la communauté». Le but est avant tout de permettre aux membres de la communauté francophone de connaître ses principaux intervenants à Toronto pour faciliter l’immigration, nous dit Zaahirah Atchia.

Le prochain forum se tiendra le 24 mars à Black Creek et portera sur le «le bénévolat et l’engagement communautaire comme porte d’entrée d’une intégration réussie à Toronto».

Pour ce projet, la radio a reçu un soutien financier de la province répondant au besoin du «renforcement des capacités communautaires multiculturelles».

Sources : L'Express.ca