Blog

L’histoire francophone racontée au musée virtuel

Une nouvelle exposition virtuelle permet de retracer l’histoire d’Ottawa du point de vue de la francophonie. Plus de 600 documents d’archives, de photos et de courts textes tracent les moments marquants de la communauté francophone au cours des quelque 150 dernières années.
 

« Des histoires d’Ottawa, on en a des excellentes, mais on n’avait pas d’histoires vues ou vécues par les francophones. Ce qui les concernait tout particulièrement. On a voulu montrer des événements plus petits qui ont marqué la vie des francophones. Souvent, ce sont des événements méconnus du grand public », explique Anne Gilbert, directrice du projet Vie française dans la capitale.

Des historiens, des politologues, des géographes et des archivistes ont peint le portrait d’une société qui a évolué depuis les 150 dernières années. L’objectif était de raconter d’où la communauté francophone vient tant au niveau des quartiers de la ville que des institutions qui ont vu le jour au fil des années, mais aussi grâce aux artistes et aux grandes mobilisations citoyennes. 

Quatre volets, soit l’espace, la communauté, la culture et le pouvoir, permettent d’accéder à des sous-thèmes qui touchent différents pans de l’histoire.

 

Sous le thème de l’espace, l’exposition retrace les quartiers francophones qui ont modelé Ottawa, dont la Basse-Ville, la Côte-de-Sable, Vanier et Orléans. 

L’influence des communautés religieuses, des institutions éducatives, mais aussi des citoyens engagés est abordée dans la section communauté.

Au chapitre de la culture, on y traite de l’éclosion des institutions culturelles dans la capitale, mais aussi de l’importance de celle-ci comme ce fût le cas avec la pièce Notre chanson.

Finalement, le pouvoir a joué un grand rôle pour la communauté minoritaire au fil des années. L’exposition parle de la mobilisation derrière l’hôpital Montfort, mais aussi du mouvement « C’est l’temps » et de la création du journal Le Droit.

« On pense qu’avec cet ensemble de courts textes on pourrait avoir une bonne idée de l’importance des francophones. D’abord, ç’a été difficile de construire la table des matières et de choisir ce qui nous semblait nécessaire, intéressant et utile. Il y a toute une série de choix qui a été fait et la question c’était aussi de savoir comment on aborde tout ça », raconte Mme Gilbert.

Vie française dans la capitale est l’aboutissement de 10 années de travail mené par une équipe d’une quinzaine de chercheurs du Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF) de l’Université d’Ottawa qui ont voulu diffuser le résultat de leurs recherches pour un large public. L’exposition est disponible, en français et en anglais, sous forme de musée virtuel depuis mardi sur le site www.viefrancaisecapitale.ca.

«UNE FRANCOPHONIE BELLE ET CHIC»

L’exposition Vie française dans la capitale regroupe une centaine de photos qui témoigne de la transformation de la communauté francophone à Ottawa d’hier à aujourd’hui. 

Parmi les différents clichés, celle utilisée pour présenter l’exposition sur le site Web est la plus révélatrice pour la directrice du projet, Anne Gilbert.

Il s’agit d’une photo prise à l’occasion des fêtes du 60e anniversaire de l’Union Saint-Joseph du Canada, devant le siège social de la rue Dalhousie, en plein cœur du quartier le plus francophone.

«Je voulais faire ressortir l’idée de la fête. L’idée d’une francophonie qui était chez elle et qui était heureuse de prendre sa place dans l’espace public. Une francophonie qui était belle et chic, parce que souvent on présente les francophones comme un peuple pauvre et d’ouvriers. On y voit les gens qui sont tous endimanchés, j’aime bien cette photo-là», confie Mme Gilbert. 

Sources : Le Droit