Blog

Baisse continue du financement de la Cité universitaire francophone

Depuis 2015, le financement octroyé à la Cité universitaire francophone a diminué de 556 530 $, montrent les chiffres de l'Université de Regina, qui l'héberge. Cet argent est issu des Fonds complémentaires dont le portefeuille est géré par Patrimoine canadien.

« On ne parle pas de la partie du financement qui est octroyé par la province. On parle simplement des fonds complémentaires qui sont normalement octroyés par Patrimoine canadien à certaines institutions postsecondaires au pays », explique le directeur de la Cité universitaire francophone, Emmanuel Aito.

Les Fonds complémentaires permettent notamment de financer les activités socioculturelles de la Cité ainsi que son centre de recherche. M. Aito précise toutefois que ces Fonds ne couvrent pas la masse salariale des enseignants qui, elle, dépend du budget de l’Université.

Selon Emmanuel Aito, aucun emploi n’est en péril pour le moment.

C’est seulement les activités socioculturelles qui devaient être subventionnées par les fonds qui ont dû être annulées.

Emmanuel Aito, directeur de la Cité universitaire francophone

Le directeur de la Cité universitaire francophone appelle à un changement du modèle de financement. « Si ça continue [comme ça], ça risque de mettre en péril la raison même de la Cité universitaire », s’inquiète-t-il.

Emmanuel Aito propose notamment d'augmenter la proportion qu'occupent les Fonds réguliers et de diminuer celle des Fonds complémentaires.

Ainsi, explique-t-il, même si la Cité continue de percevoir les Fonds de Patrimoine canadien à la fin de l'année fiscale, cela ne basculera pas les activités universitaires, puisque la direction aura « une bonne idée des fonds réguliers disponibles. »

M. Aito confirme que la rectrice de l’Université de Regina, Vianne Timmons, est consciente des ennuis financiers de la Cité universitaire et qu’elle appuie toutes démarches en faveur d'un changement du modèle de financement.

Sources : Ici.radio-canada